Les bâtiments et la maison passive

Notre monde est aujourd’hui confronté à trois problèmes critiques, à savoir la conservation d’énergie, le réchauffement planétaire et la nécessité d’augmenter le nombre de logements de qualité. Les solutions à ces problèmes, cependant,  ne semblent pas toujours évidentes : comment faire face simultanément à la hausse de la demande d’énergie et aux émissions causées par le nombre croissant d’habitations ?

L’isolation d’un bâtiment normal au polyuréthane permet une réduction considérable des émissions de carbone, mais des technologies sans cesse plus performantes et un usage accru des polyuréthanes redéfinissent les normes sur le plan architectural et environnemental. Un concept de construction économe en énergie né en Europe du Nord – la maison passive – se présente comme solution aux problèmes de la hausse de la demande d’énergie et de l’efficacité énergétique. Les maisons passives sont un type de bâtiment « économes en énergie », également appelés bâtiments « écologiques » ou « verts ». Elles sont conçues pour fournir un climat intérieur confortable en hiver sans nécessiter de système de chauffage conventionnel. Pour créer cet environnement et atteindre les niveaux d’efficacité des maisons passives, les logements doivent permettre des réductions spectaculaires de la consommation d’énergie et zéro émission de carbone.

Les maisons passives utilisent généralement des nivaux élevés d’isolation, sous forme de panneaux de polyuréthane, de fenêtres à haut rendement énergétique, de faibles niveaux de filtration de l’air et de ventilation par récupération de chaleur pour réduire la consommation d’énergie de chauffage et de climatisation. Grâce à ces  technologies, les maisons passives utilisent à peu près 85 % moins d’énergie au total. Aux États-Unis, une maison construite aux normes d’une maison passive utilise entre 75 et 95 % moins d’énergie pour le chauffage et la climatisation que les constructions neuves conformes aux codes d’efficacité énergétique américains en vigueur. À l’heure actuelle, plus de 12 000 maisons passives ont été construites en Europe, principalement en Allemagne, en Autriche et en Scandinavie.

Il est vrai que le coût initial de la construction de logements à haut rendement énergétique est généralement plus élevé en raison des frais supplémentaires associés à une meilleure isolation. La plupart des entreprises de construction ne sont pas non plus habituées aux nouvelles technologies et beaucoup de temps et de ressources sont investis dans la planification, l’éducation et l’assurance qualité, entraînant une hausse des coûts. Cependant, pour les bâtiments passifs, il s’agit ici simplement de coûts à court terme, qui seront vite remboursés. En construisant une maison passive, il est en fait possible d’économiser de l’argent en n’ayant pas à installer de système de radiateurs. À ce niveau d’efficacité énergétique, les gains réalisés grâce aux économies d’énergie seront aussi considérables.